Dernier vol sur DC-3 Dakota avion Parachutiste Belge

                                   para commando

belgique-1.gifC-119 Flying Boxcar les premiers exemplaires atterrissaient à Melsbroek en septembre 1952. Mais les années précédent cette date, le 15e Wing Transport Aérien disposait d‟un autre atout: le DC-3. Les anciens de la force aérienne l‟appelaient le mythique DC-3. Grâce au Dakota News (DN), la brochure du Centre de Documentation du 15e Wing et spécialement au Col Avi Vermeesch, nous avons la possibilité de vous présenter en bref l‟histoire de l‟avion que la majorité parmi nous connaissent par les images des parachutages en Normandie et Arnhem ou par le pont aérien de Berlin.

dederix-006-1600x1200-1e8d549.jpg dederix-008-1600x1200-1e8d574.jpg

Lourdement chargé d'histoire; le Douglas DC-3,  nommé Dakota dans sa version militaire. Sa cabine de pilotage,rustique et spartiate Le Dakota a joué un rôle crucial lors de la seconde guerre mondiale, notamment lors des opérations de débarquement.Ainsi, 950 d'entre eux ont largué15000 parachutistes anglo-américains sur le Cotentin  dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, ils ont eu pour objectif de désorganiser les arrières des lignes allemandes.Un enregistrement sonore d'époque situé à l'intérieur de l'appareil est particulièrement troublant; restituant un univers rempli du fracas des bruits de l'appareil, de déflagrations en tous genres, des ordres et recommandations militaires hurlés dans la cabine avant le grand saut, il permet de concevoir l'enfer qu'ont du connaître ces vaillants soldats.La cabine "passagers" est réduite au strict minimum; il s'agit d'embarquer le plus grand nombre de paras et leur confort n'est pas la priorité, on le comprend aisément...

musee-air-espace-le-bourget-dakota-3.jpg musee-air-espace-le-bourget-concorde-4.jpg

belgique-1.gif Les années du DC3 au 15 WTC 

Durant la deuxième guerre mondiale, le DC-3 fut le cheval de bataille des Forces Alliées sous les dénominations C-47 «Skytrain» (Transport de matériel) et C-53 «Skytrooper» (transport de troupes) par les américains ou encore Dakota à la Royal Air Force. Parallèlement au transport de troupes et de matériaux, les DC-3 furent mis en oeuvre durant la Guerre pour des missions de parachutages, remorquages de planeurs et évacuations des morts et des blessés du champ de bataille. La liste des opérations effectuées par les DC-3 durant la guerre est interminable: atterrissage en Afrique du Nord, invasion de la Sicile, D-Day en Normandie, opérations derrière les lignes japonaises en Birmanie, le “Hump” au dessus de l‟Himalaya afin de ravitailler la Chine au départ des Indes et le parachutage à Arnhem. Après la guerre, les DC-3 ont été mis en oeuvre de façon massive pour ravitailler Berlin en 1948-49. Dans différentes forces aériennes, le DC-3 était encore en usage jusqu‟aux années 70 ou 80. La USAF a encore utilisé cet appareil pendant la guerre du Vietnam en tant que EC-47 dans le cadre de la guerre électronique et comme AC-47 “gunship” pour appuyer les troupes au sol. L‟arrivée des DC-3 Dakota à la Force Aérienne débuta en avril 1946, lorsque la 525 Escadrille RAF fut installée à Evere. Cette escadrille fut rebaptisée en 169eme Wing de Transport et de communication avec deux escadrilles, la 366 et la 367. En 1947, la 366 Escadrille était équipée de 21 Dakota.

dakota-dc3-2.jpg dakota-dc3-1.jpg 

 belgique-1.gifEn mars 1947  de cette année, fut effectué le premier vol vers notre colonie dans le cadre de la préparation du voyage que devait effectuer le Prince-Régent Charles au Congo belge. Le 24 juin, le K-10 équipé en version VIP, décollait avec le Prince-Régent pour un voyage de deux mois au centre de l‟Afrique. C‟est également en 1947 que les équipages de la 366 effectuèrent les premières missions cartographiques et les premiers parachutages à Schaffen.

belgique-1.gif En février 1948  le 169eme Wing fut rebaptisé 15 Wing et la 366 devint 20 Escadrille. Une livraison complémentaire est effectuée fin 1948 et début 1949 afin d‟amener le nombre d‟appareils de la 20 à 40 appareils DC-3. Les DC-3 assuraient les liaisons militaires avec le Congo Belge dans le cadre de la création de la base de Kamina, jusqu‟au moment où la 21 Escadrille fit équipée de DC-4. Ils joueront également un rôle important durant les opérations belges au Congo lors des conflits de l‟ indépendance en 1960.

dederix-007-1600x1200-1e8d564.jpg mattys-congo-2.jpg 

 

Le premier parachutage   jumpani.gif  à Schaffen ( Diest) 

belgique-1.gif Le 11 septembre  1947  fut déjà une journée particulière! Pour la première fois, des paras belges furent parachutés depuis un avion belge au-dessus du sol belge. Ce jour-là, un Dakota DC-3 décolla du 169 Wing (précurseur du 15 Wing) de l'aéroport d'Evere pour dropper 23 parachutistes au-dessus de Schaffen. Deux mois plus tard, en novembre 1947, les premiers parachutistes sauteront d'un ballon du Centre d‟entraînement de Schaffen.

para-1.gifpara-1.gifpara-1.gifpara-1.gifpara-1.gifpara-1.gifpara-1.gifpara-1.gifpara-1.gif

belgique-1.gif Jusqu'à ce jour-là, les parachutistes belges n'avaient sauté que depuis des avions alliés, principalement anglais. Durant la seconde guerre mondiale, ils faisaient partie de deux unités des Forces Armées belges en Grande-Bretagne (le Régiment Parachutiste SAS et le “4th Troop of the 10th Interallied Command”). Ces deux unités belges prirent part, ensemble avec les “Special Air Services” britanniques, aux opérations de guerre contre l'Allemagne. C'est à partir de ces deux unités qu'en 1952 fut créé le Régiment Para Commando, rebaptisé par après Brigade Para commando

    premier-dispachter-schils-1.jpg

    premier-dispachter-schils-2.jpg

                                     Les 9 premiers Dispatchers

schaffen-son-histoire-1.jpg dakota.jpg

belgique-1.gif La mission du 11 septembre fut préparée avec soin par le chef de mission, le commandant-aviateur Maquet en collaboration avec le capitaine J. Van der Heyden, commandant du Centre d‟entraînement de parachutistes de Schaffen, qu‟il venait de créer. Pour la première fois, on allait sauter avec des parachutes pliés à Schaffen par du personnel du centre, sous la conduite de Marcel Vlaminck qui avait suivi le cours en Angleterre. Je tiens a vous rappeler également qu‟à cette époque on sautait encore avec le parachute anglais type-x, sans parachute de réserve et, parce que le câble static se trouvait du cote starboard, les static-lines devaient être prolonges par un webbing.

 

belgique-1.gif Les noms des vingt parachutistes qui allaient sauter dans le courant de l'après-midi, furent annoncés juste après le coup de midi. Tous étaient très fiers d'être les premiers à sauter depuis un DC-3 belge au-dessus du territoire belge! Entre-temps, sur la plaine d‟Evere, l‟équipage sous la conduite du Capt Avi Kaisin et trois despatchers, Schils, Scholliers et Dewaele, préparaient l‟avion pour le parachutage. Parmi les 20 sauteurs se trouvaient encore d‟autres despatchers ou qui par après le sont devenu : Chabot, Champion, Colleyn, Cruybeke, Van de Mensbrugge, Verlooy, Vlaminck, Vijt et Williot. Mais il y avait également le Capt Van der Heyden, Comd du CE ainsi qu‟Etienne Gailly, ancien SAS et qui remportera un an plus tard une médaille de bronze au marathon aux JO de Londres.

dakota-2.jpg musee-air-espace-le-bourget-dakota-2.jpg

bob-shils-parachutiste-12.jpg bob-shils-parachutiste-1.jpg 

          mattys.jpg

belgique-1.gif A 15.30 heures le parachutage historique eut lieu. Ce fut le début de l‟ère du parachutisme militaire en Belgique. Tout le CE Para et la population de Schaffen et de Diest étaient témoin de cet évènement historique.

belgique-1.gifPar après  Il y eut encore beaucoup de sauts dans la période de 1947 a 1962 en Belgique, au Congo, au Ruanda et au Burundi. A Kamina tous les parachutages étaient assures par le CE Para BAKA. Pour les parachutages entre 1953 a 1960 il y avait 6 DC-3 disponibles en permanence. En 1959, après les troubles à Léopoldville (Kinshasa) le C-119 sont venus en renfort.

               mattys-congo-1.jpg 

               mark-congo-4.jpg

 belgique-1.gif L‟emploi le plus marquant du DC-3 fut, en 1960, l‟emploi, en dehors des C-119, de quatre DC-3 pour parachuter le 1 Bn Para sur Luluabourg (Kananga). Après l‟indépendance du Congo, les DC-3 déménageaient vers Usumbura (Bujumbura). Sous la conduite du CE Para COMRU ils ont assure tous les parachutages de personnel et de matériel sur le territoire de ces deux pays et ce jusqu'à l „indépendance en juillet 1962.

guy-becq.jpg gut-becq-2.jpg

gut-becq-1.jpg mark-congo-2.jpg

         bannerdakotamuseumfr.jpg 

dakota-15-wing.jpg img-3716.jpg

belgique-1.gif  Un "Dakota" rapatrié pour le musée du 15ème Wing à Melsbroek               

Le centre de documentation Dakota, installé dans les locaux du 15ème wing de transport aérien de l'armée à Melsbroek, a pris livraison mardi aux petites heures d'un avion C-47 - alias "Dakota" - à l'abandon depuis une vingtaine d'années sur l'aéroport d'Ostende pour l'adjoindre aux appareils historiques qu'il possède déjà, a indiqué un de ses responsables.Cet avion, en triste état après deux décennies d'abandon, a été transporté par la route en plusieurs morceaux vers Melsbroek, où il est arrivé vers 02h00, a précisé le lieutenant-colonel en retraite Axel Vermeesch.Son remontage et sa restauration devraient commencer dans les prochaines semaines.Le "musée" possède déjà un C-119 "Flying Boxcar" et un Percival "Pembroke", deux types d'avions qui ont aussi servi au sein du 15ème wing, exposés dans une cour du quartier Groenveld à Melsbroek. L'arrivée du C-47 - aussi connu sous les noms de DC-3 (en version civile), "Skytrain" dans l'armée américaine et "Dakota" dans la Royal Air Force - permettra de compléter cette collection. La Force aérienne a utilisé au total 41 appareils de ce type dans l'immédiat après-Seconde Guerre mondiale et jusqu'au début des années 1970.Le C-47 d'Ostende, anciennement immatriculé LX-DKT et propriété de l'ASBL Legend Air, a été construit en 1943. Il est abandonné sur l'aéroport côtier depuis 1992 à la suite d'une collision avec un Boeing 707.

 dazkota.jpg mark-congo-1.jpg

 belgique-1.gifLes deux derniers ( immatriculés K-8 et K-10) furent retirés du service le 26 janvier 1976.Pour ce qui est du préfixe K de l'immatriculation il variait selon les versions : K pour transport ; KP pour photographie aérienne; KN pour entraînement.

 Fiche technique du Douglas C-47 Dakota :Pays créateur/utilisateur: États-Unis d'Amérique Dénomination: Douglas C-47 Skytrain  Longueur: 19,65 m  Envergure : 28,96 m Hauteur: 5,16 m  Poids à vide : 7700 kg  Vitesse maximale: 370 km/h Rayon d'action: 2175 kilomètres  Plafond: 7350 m Transport: 28 passagers ou 4536 kg de fret  Equipage: 2 hommes (pilote et co-pilote) Motorisation: deux moteurs Pratt & Whitney R-1830-92 à 14 cylindres en étoile de 1 200 chevaux chacun

dakota-3.jpg dc3-tableau-de-bord.jpg

         396501dscf3351copie.jpg

                    belgique-1.gif  Découverte du Dakota par les Belges en 2011 

Du 17 décembre 2010  au 7 janvier2011 inclus,  les visiteurs auront l’occasion unique de découvrir l’intérieur du seul Dakota présentable de Belgique.

C’est le 17 décembre 1935 qu’eut lieu le premier vol du DC-3, 32 ans jour pour jour après l’envol historique des frères Wright. Mis en service commercial dès le milieu de l’année suivante, l’appareil se révéla très vite largement supérieur à toute la concurrence.Au début des hostilités en Europe, le DC-3 était ainsi connu un peu partout dans le monde, y compris au Japon et en Union soviétique. De grandes quantités de DC-3 furent ensuite commandées par l’armée américaine, sous l’appellation de C-47, puis par la Royal Air Force, qui donna à l’avion le nom  devenu célèbre de Dakota.Après la guerre, de très nombreux appareils redevinrent disponibles pour le marché civil. Malgré sa conception ancienne, le DC-3 fit donc une carrière unique dans l’histoire de l’aviation.  On en fabriqua plus de 13.000 exemplaires, dont près de 300 volent encore aujourd’hui. Avion civil, grand artisan de la victoire alliée de 1944-1945, avion de ligne de réputation universelle, avion rêvé du cinéma et de tous les aventuriers-pilotes, le DC-3 reste pour de nombreux amoureux de la navigation aérienne le plus bel avion du monde ! 

 belgique-1.gifLe Dakota à la Force aérienne Nombreux furent les Belges qui découvrirent le Dakota durant leurs années de guerre, dans la RAF. Après cela, des unités furent transférées à Evere, où fut formé le 169th Wing de transport, équipé notamment de cet appareil. Le 15eWing de Transport et de Communications fut créé en janvier 1948 et finit par utiliser au total 41 C-47 « Dakota ».

 belgique-1.gifNos aviateurs utilisèrent ces avions pour toutes sortes de missions de transport, mais aussi pour des vols long-courrier à destination de notre colonie congolaise, des relevés photographiques et topographiques, des parachutages ainsi que pour de très nombreux vols d’entrainement. Remplacé petit à petit par des appareils plus modernes et plus performants, le Dakota s’illustra encore au cours des opérations africaines de l’été 1960. Le dernier vol eut lieu en janvier 1976, à l’occasion d’une cérémonie officielle clôturant la carrière de l’avion à la Force aérienne. L’appareil du musée, le K-16, est arrivé en janvier 1973. Il est en parfait état et ne compte que 6.800 heures de vol. 

Il est toujours debout a notre stand Para Commando, grâce a nos camardes qui travaille dans l'ombre

stand para commando musée dsc00017.jpg

524265dscf3342copie.jpg 402471dscf3342zcopie.jpg 

                 Le dernier DC-3 du 15 Wing fut retiré du service en 1976.

 

Raconté par Par le Col BEM e.r. Mertens Walter un vétéran  CORIACE: LE DC-3 

Dans le « Green On » n°10 de juillet 2009, nous vous avons présenté le C-119 Flying Boxcar. Les premiers exemplaires atterrissaient à Melsbroek en septembre 1952. Mais les années précédent cette date, le 15 eWing Transport Aérien disposait d‟un autre atout: le DC-3. Les anciens de la force aérienne l‟appelaient le mythique DC-3. Grâce au Dakota News (DN), la brochure du Centre de Documentation du 15e Wing et spécialement au Col Avi Vermeesch, nous avons la possibilité de vous présenter en bref l‟histoire de l‟avion que la majorité parmi nous connaissent par les images des parachutages en Normandie et Arnhem ou par le pont aérien de Berlin. Ce fut de ce DC-3 que le 11 septembre 1947 les premiers parachutistes sautaient à Schaffen. Ce fut également cet avion qui assurait le pont aérien entre Léopoldville et la Base de Kamina en 1953. Les parachutages au Congo se faisaient en DC-3, moyennant un petit cours de conversion. Par après et surtout depuis la période des troubles à Léopoldville en 1959, les C-119 sont venus en renfort. Mais le DC-3 déménageait avec les Para-Cdo‟s vers le Ruanda-Burundi afin d‟assurer tous les parachutages de personnel et matériel jusqu'à l‟indépendance de ces pays le 1 juillet 1962.Ci- dessous nous vous présentons un résumé de la brochure DN 37 reprenant les années du Dakota, suivi du récit du parachutage historique sur Schaffen du 11 septembre 1947 avec le DN 41.LES ANNEES DU DC-3 AU 15 WTC Durant la deuxième guerre mondiale, le DC-3 fut le cheval de bataille des Forces Alliées sous les dénominations C-47 «Skytrain» (Transport de matériel) et C-53 «Skytrooper» (transport de troupes) par les américains ou encore Dakota à la Royal Air Force. Parallèlement au transport de troupes et de matériaux, les DC-3 furent mis en oeuvre durant la Guerre pour des missions de parachutages, remorquages de planeurs et évacuations des morts et des blessés du champ de bataille. La liste des opérations effectuées par les DC-3 durant la guerre est interminable: atterrissage en Afrique du Nord, invasion de la Sicile, D-Day en Normandie, opérations derrière les lignes japonaises en Birmanie, le "Hump" au dessus de l‟Himalaya afin de ravitailler la Chine au départ des Indes et le parachutage à Arnhem. Après la guerre, les DC-3 ont été mis en oeuvre de façon massive pour ravitailler Berlin en 1948-49. Dans différentes forces aériennes, le DC-3 était encore en usage jusqu‟aux années 70 ou 80. La USAF a encore utilisé cet appareil pendant la guerre du Vietnam en tant que EC-47 dans le cadre de la guerre électronique et comme AC-47 "gunship" pour appuyer les troupes au sol. L‟arrivée des DC-3 Dakota à la Force Aérienne débuta en avril 1946, lorsque la 525 Escadrille RAF fut installée à Evere. Cette escadrille fut rebaptisée en 169eme Wing de Transport et de communication avec deux escadrilles, la 366 et la 367. En 1947, la 366 Escadrille était équipée de 21 Dakota. En mars de cette année, fut effectué le premier vol vers notre colonie dans le cadre de la préparation du voyage que devait effectuer le Prince-Régent Charles au Congo belge. Le 24 juin, le K-10 équipé en version VIP, décollait avec le Prince-Régent pour un voyage de deux mois au centre de l‟Afrique. C‟est également en 1947 que les équipages de la 366 effectuèrent les premières missions cartographiques et les premiers parachutages à Schaffen.En février 1948, le 169eme Wing fut rebaptisé 15 Wing et la 366 devint 20 Escadrille. Une livraison complémentaire est effectuée fin 1948 et début 1949 afin d‟amener le nombre d‟appareils de la 20 à 40 appareils DC-3. Les DC-3 assuraient les liaisons militaires avec le Congo Belge dans le cadre de la création de la base de Kamina, jusqu‟au moment où la 21 Escadrille fit équipée de DC-4. Ils joueront également un rôle important durant les opérations belges au Congo lors des conflits de l‟ indépendance en 1960.Le dernier DC-3 du 15 Wing fut retiré du service en 1976.LE PREMIER PARACHUTAGE A SCHAFFEN Le 11 septembre de l'année 1947 fut déjà une journée particulière! Pour la première fois, des paras belges furent parachutés depuis un avion belge au-dessus du sol belge. Ce jour-là, un Dakota DC-3 décolla du 169 Wing (précurseur du 15 Wing) de l'aéroport d'Evere pour dropper 23 parachutistes au-dessus de Schaffen. Deux mois plus tard, en novembre 1947, les premiers parachutistes sauteront d'un ballon du Centre d‟entraînement de Schaffen. Jusqu'à ce jour-là, les parachutistes belges n'avaient sauté que depuis des avions alliés, principalement anglais. Durant la seconde guerre mondiale, ils faisaient partie de deux unités des Forces Armées belges en Grande-Bretagne (le Régiment Parachutiste SAS et le "4 th Troop of the 10th Interallied Command"). Ces deux unités belges prirent part, ensemble avec les "Special Air Services" britanniques, aux opérations de guerre contre l'Allemagne. C'est à partir de ces deux unités qu'en 1952 fut créé le Régiment Para Commando, rebaptisé par après Brigade Para commando La mission du 11 septembre fut préparée avec soin par le chef de mission, le commandant-aviateur Maquet en collaboration avec le capitaine J. Van der Heyden, commandant du Centre d‟entraînement de parachutistes de Schaffen, qu‟il venait de créer.Pour la première fois, on allait sauter avec des parachutes pliés à Schaffen par du personnel du centre, sous la conduite de Marcel Vlaminck qui avait suivi le cours en Angleterre. Je tiens a vous rappeler également qu‟à cette époque on sautait encore avec le parachute anglais type-x, sans parachute de réserve et, parce que le câble static se trouvait du cote starboard, les static-lines devaient être prolonges par un webbing.Les noms des vingt parachutistes qui allaient sauter dans le courant de l'après-midi, furent annoncés juste après le coup de midi. Tous étaient très fiers d'être les premiers à sauter depuis un DC-3 belge au-dessus du territoire belge! Entre-temps, sur la plaine d‟Evere, l‟équipage sous la conduite du Capt Avi Kaisin et trois despatchers, Schils, Scholliers et Dewaele, préparaient l‟avion pour le parachutage.Parmi les 20 sauteurs se trouvaient encore d‟autres despatchers ou qui par après le sont devenu : Chabot, Champion, Colleyn, Cruybeke, Van de Mensbrugge, Verlooy, Vlaminck, Vijt et Williot.Mais il y avait également le Capt Van der Heyden, Comd du CE ainsi qu‟Etienne Gailly, ancien SAS et qui remportera un an plus tard une médaille de bronze au marathon aux JO de Londres.A 15.30 heures le parachutage historique eut lieu. Ce fut le début de l‟ère du parachutisme militaire en Belgique. Tout le CE Para et la population de Schaffen et de Diest étaient témoin de cet évènement historique.

PAR APRÈS : Il y eut encore beaucoup de sauts dans la période de 1947 a 1962 en Belgique, au Congo, au Ruanda et au Burundi. A Kamina tous les parachutages étaient assures par le CE Para BAKA. Pour les parachutages entre 1953 a 1960 il y avait 6 DC-3 disponibles en permanence. En 1959, après les troubles à Léopoldville (Kinshasa) le C-119 sont venus en renfort.L‟emploi le plus marquant du DC-3 fut, en 1960, l‟emploi, en dehors des C-119, de quatre DC-3 pour parachuter le 1 Bn Para sur Luluabourg (Kananga).Apres l‟indépendance du Congo, les DC-3 déménageaient vers Usumbura (Bujumbura). Sous la conduite du CE Para COMRU ils ont assure tous les parachutages de personnel et de matériel sur le territoire de ces deux pays et ce jusqu'à l „indépendance en juillet 1962.

 

 

 

 

Les commentaires sont clôturés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site